Monster Harvest

  • Catégories : Aventure, RPG, Action, Simulation
  • Editeurs : Merge Games
  • Distributeur : Just For Games
  • Développeurs : Maple Powered Games
  • Nb joueurs : 1
  • Consoles : Nintendo Switch
  • Langues : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Japonais, Chinois
  • Date sortie : 31/08/2021

Pour ceux qui me connaissent ainsi que pour vous, les lecteurs du blog, vous savez que j’adore les jeux de gestion de fermes comme Stardew Valley ou les jeux en mode « bac à sable » comme les Dragon Quest Builders et bien sûr, les jeux Pokémon que je suis depuis le début de la série. Mon attention s’est donc naturellement portée sur Monster Harvest qui propose un mélange intéressant entre élevage de monstres, gestion de ferme et combat de monstres !

Le jeu est développé par Maple Powered Games, un studio indépendant canadien. Il est édité par Merges Games et distribué en version physique en France par Just For Games. Je remercie Just For Games de m’avoir offert une clé de test pour que je puisse réaliser ce test !

Bienvenue à Planimalis !

Comme souvent, vous incarnez un jeune citadin qui est las de sa vie à la ville. Un membre de sa famille, ici votre oncle, vous demande de venir à la campagne vous occupez de sa ferme. Naturellement vous acceptez et vous arrivez à Planimalis, la ville qui s’est développée autour du laboratoire de votre oncle après qu’il eut découvert les Planimaux : des plantes mutantes.

Vous allez donc reprendre la ferme de tonton : après l’avoir remise en état bien entendu, vous allez y faire pousser des récoltes pour gagner de l’argent et vous lancer dans l’élevage. Mais ici ce ne seront pas des animaux normaux que vous hébergerez dans votre grange, mais des planimaux.

Monster Harvest se présente donc comme un jeu de gestion de ferme/RPG classique dans la veine des Story of Seasons, Stardew Valley, etc. La particularité de ce jeu concerne plutôt l’élevage : en effet, au lieu d’élever des vaches et des poulets, vous allez faire pousser des planimaux soit pour les élever et qu’il produise des objets à vendre, soit pour vous servir de monture, soit pour les faire combattre.

Le procédé pour obtenir un planimaux est très simple : chaque plante que vous allez faire pousser pourra muter si vous dispersez une dose de slime sur celle-ci. Une fois la plante arrivée à maturité vous récupérez un petit animal plutôt qu’un fruit ou un légume. Ce petit animal vous sera pleinement dévoué puisque c’est vous qui l’aurez créé : il vous protègera des planimaux sauvages.

La découverte de la création des planimaux, qui revient donc à votre oncle, a suscité beaucoup d’intérêts et c’est toute une ville qui s’est développée autour de son laboratoire. Les habitants de cette ville placent les planimaux au centre de tout : que ce soit pour se divertir en faisant des combats, en vendant des graines ou du slim pour gagner de l’argent ou, comme tonton, pour les étudier. Ainsi vous pourrez trouver des commerces, une infirmerie et toute autre boutique dédiées à ces petits monstres et, bien entendu, à l’agriculture.

Un concept sympa qui cache plein de bonnes idées

Au démarrage du jeu, tout est un peu lent. Comme pour tous les jeux du genre, vous devez apprendre les bases et découvrir les possibilités qui s’offrent à vous afin de profiter pleinement de l’aventure.

Une fois cette phase passée et les bases acquises, vous commencez à planifier vos journées à la ferme afin d’optimiser le rendement de celle-ci. Chaque journée se déroule en 2 phases qui ne sont pas limitées dans le temps : votre journée et votre soirée.

La journée vous servira à vous occuper de vos plantations, à l’organisation de votre ferme (achat, vente…), à l’exploration de la ville et des lieux alentour pour y récolter diverses plantes sauvages et faire la connaissance de vos nouveaux voisins. À vous de choisir comment gérer votre journée !

La seule chose bloquante est votre jauge d’endurance qui vous limitera dans vos actions. Si au départ j’ai trouvé cette jauge vraiment trop petite, finalement je la trouve parfaitement dosée. Elle vous permet de réaliser toutes les actions nécessaires dans votre ferme rapidement et lorsque votre jauge d’endurances est vide vous pouvez tout de même aller vous promener pour parler avec les habitants de la ville où ramasser des objets dans la prairie.

Vous avez aussi la possibilité, si vous souhaitez finir votre journée, de faire une sieste pour récupérer un peu d’endurance et arriver à la nuit dans le jeu où dormir complètement et passer à la journée suivante.

La nuit, Monster Harvest vous propose des activités différentes !

Outre les festivités organisées par la ville pour chaque saison, vous pourrez accéder au donjon. Ce donjon génère de façon aléatoire chaque soir et est inaccessible en journée. Il vous permettra de réaliser plusieurs choses :

  • de récupérer des minerais, du bois, des pierres et des cristaux qui vous permettront d’améliorer vos équipements, vos bâtiments et de construire de nouvelles machines pour votre ferme.
  • de récupérer du slim rouge, vert et bleu si vous avez la chance de tomber sur un nid de slimes.
  • de faire combattre vos planimaux pour qu’ils montent de niveau à la manière de combat Pokémon.
  • De récupérer des graines soit après un combat contre un planimaux sauvage soit dans le coffre à la fin de chaque niveau.

Vous l’aurez compris, le donjon est une excellente source de matières premières, mais il est également peuplé de monstres et, sans planimaux pour vous défendre impossible d’y accéder.

Encore une fois, votre jauge d’endurance limitera votre temps d’exploration. Vous pouvez manger des fruits ou autres mets pour vous redonner un peu d’endurance, mais, si vous souhaitez explorer plusieurs niveaux, le mieux est d’améliorer vos outils pour que chaque tâche soit moins difficile : par exemple améliorer votre pioche.

L’exploration de ce donjon généré de manière aléatoire qui combine combat de monstres à la Pokémon et recherche de ressources est vraiment très prenante.

Un jeu addictif, mais…

Monster Harvest est un jeu très addictif, il propose un côté gestion de ferme sûrement un peu plus léger que dans Stardew Valley pour permettre aux joueurs de se consacrer à l’élevage de monstres. Le jeu est découpé en trois saisons bien distincte de 21 jours chacune et si vous vous débrouillez bien, dès la première saison vous aurez accès à la construction de tuyaux qui vous permettront d’arroser automatiquement les récoltes. L’arrosage automatique est le meilleur moyen d’économiser votre jauge d’endurance pour privilégier le parcours de donjon.

Vous disposez également d’une jauge d’expérience. Celle-ci se remplit pour chacune des tâches que vous effectuez et chaque niveau passé vous donnera accès à un nouveau plan de construction ou à de nouvelles fonctionnalités. Ainsi le sentiment de progression dans le jeu est constant.

Le jeu propose également un scénario, une trame principale : découvrir quelles sont les intentions de l’entreprise SlimCo récemment installée en ville et qui semble perturber l’équilibre naturel des slimes. Cette petite intrigue est une raison supplémentaire d’aller explorer les donjons et d’avancer dans le jeu. Elle n’est pas forcément nécessaire, mais donne une dimension RPG au soft qui est plutôt appréciable.

On se prend très vite au jeu d’utiliser différents slimes sur vos plantes pour collectionner les petits monstres : 72 mutations différentes sont disponibles. Du coup, entre le côté gestion de la ferme pour arriver à améliorer vos équipements pour aller toujours plus profondément dans le donjon, gagner de l’argent et le côté élevage de petits monstres pour remporter des tournois contre les habitants, le jeu est vraiment addictif et on ne s’ennuie pas. Cependant, le jeu gagnerait à avoir des contrôles plus simples pour la gestion de votre équipe de monstre ainsi que pour les divers coffres. En effet, les commandes choisies ne sont pas intuitives et parfois imprécises ce qui rend certaines actions un peu énervantes. Mais je pense que l’équipe de développement sortira un patch pour améliorer rapidement la fluidité des contrôles qui améliorerait vraiment le confort de jeu.

Plus vous allez progresser dans le jeu et plus vous allez étendre votre exploitation, plus les changements de journée vont être long et ce dès la première année ! En effet, j’ai rempli mon enclos à planimaux, créer une grange ainsi qu’une écurie et planter l’équivalent d’un tier de mon terrain et chaque fois que je vais me coucher pour finaliser ma journée et sauvegarder j’ai un écran noir de 15 à 30 secondes avant de voir le bilan financier de ma journée de jeu. Un peu frustrant, d’autant plus que des mini temps de chargement sont présent un peu partout dans le jeu.

Côté graphisme, j’ai beaucoup apprécié tout ce qui était naturel : les arbres, les plantes et particulièrement leur reflet dans l’eau. J’ai trouvé ces parties vraiment magnifiques !

La ville possède quant à elle un côté un peu steampunk, révolution industrielle. On peut voir un peu partout des engrenages, des tuyaux et des machines accolés aux maisons qui colle parfaitement avec l’univers du jeu.

J’ai aussi adoré les design et bruitage des planimaux d’elevage : ils sont trop mignons et craquants. Les montures aussi sont très belles !

En revanche, le design des personnages et autres villageois m’a déplu… Je trouve que les personnes sont trop carrées et qu’on a du mal à différencier les personnages féminins des personnages masculins. De même, pour les combats de monstres, j’aurais aimé avoir des bestioles avec un visuel plus lissé et plus mignon. Cela aurait, sans doute, accentué mon addictivité au jeu.

Côté musique et bruitages, j’aime beaucoup les musiques et ambiances sonores qui ont été choisies. La bande son utilisée sur notre ferme est relaxantes et rappelle la campagne et j’adore la musique mignonne, mais un peu creepy du donjon. À chaque fois que je rentre dans le donjon je me dis qu’il faut que je trouve le morceau original pour l’écouter de temps en temps.

Yunicia cacchée

Conclusion

Monster Harvest est un jeu de gestion de ferme atypique qui combine des éléments standards du genre avec des combats de monstres à la Pokémon. J’ai vraiment apprécié le concept, la bande-son du jeu et la réalisation graphique des paysages. En revanche la modélisation des personnages et celle des monstres en combats pourraient être un peu améliorées à mon goût.

J’espère qu’un patch sortira prochainement afin de simplifier la gestion des objets dans les coffres, car c’est un élément un peu frustrant au niveau du gameplay et cela apporterait une grande fluidité au jeu. Je pense notamment au parcours des objets dans le sac qui est un peu longuette.

En quelques mots, le jeu fourmille de bonnes idées et est très addictif pour les personnes qui comme moi aiment les jeux de gestion de ferme ainsi que les RPG à la Pokémon. Outre les quelques petits reproches que je fais par rapport au gameplay et au design des personnages/monstres, le jeu est vraiment sympathique et si vous cherchez un peu de nouveauté dans un jeu de gestion de ferme, je vous conseille vivement de vous rapprocher de Monster Harvest.