Spiritfarer

  • Catégories : Aventure, Simulation
  • Editeurs : Thunder Lotus Games / Just For Games
  • Développeurs : Thunder Lotus Games
  • Nb joueurs : 1 – 2
  • Consoles :Nintendo Switch
  • Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Portugais, Russe, Chinois
  • Date sortie : 18/08/2020 (version physique 03/08/21)

Créé par Thunder Lotus, studio à l’origine de Jotun et Sundered, Spiritfarer est un jeu qui a pour thématique : la mort ; mais qui l’aborde avec bienveillance.

Vous incarnez Stella, une jeune femme aux allures de garçon manqué, qui va avoir la lourde charge de remplacer Charon : guider les âmes des défunts lors de leur dernier voyage.

Avec l’aide et le soutien de votre chat, Daffodil, vous allez construire une sorte de village flottant sur votre bateau et y accueillir les âmes des défunts. Même si la mort est le sujet principal du jeu, il reste léger et abordé avec bienveillance. Certains passages du jeu m’ont beaucoup émue et j’ai parfois pleuré mais je sors de cette aventure grandie et avec un regard différent sur la mort : moins fataliste. L’équipe de Thunder Lotus nous propose ici une aventure émotionnelle intense et extrêmement personnelle. Mais nous allons détailler tout ça tout de suite !

Une thématique dure mais abordée avec bienveillance

Spiritfarer aborde la mort au travers de la vie des âmes que Stella accueille sur son bateau jusqu’à ce qu’elles soient prêtes à passer de l’autre côté.

Vous allez me dire que cette description ne ressemble pas du tout à celle d’un jeu et pourtant l’équipe de Thunder Lotus a réussi un tour de force : le défi de faire d’un sujet aussi délicat et triste, un jeu d’une beauté et d’une bienveillance inouïes. Cette réussite passe aussi bien par des points techniques comme la narration du jeu, les graphismes, la musique et le gameplay que par un immense travail émotionnel teinté de respect vis à vis de cette thématique.

Une narration impeccable

C’est la partie qui va introduire tous nos personnages et donc toutes les âmes que nous allons devoir accompagner lors de ce dernier voyage…

C’est une douzaine de personnages, uniques de par leur parcours de vie et leur caractère, que vous devrez accueillir et bichonner sur votre bateau jusqu’au moment où ils seront prêts. C’est là, le cœur du jeu ! En effet, découvrir chaque personnage, apprendre à le connaître de manière à prendre soin de lui au mieux est vraiment une belle expérience émotionnelle.

Chaque personnage est superbement bien écrit et est représenté par un animal qui correspond à son caractère. Cette apparence animale nous permet de les identifier plus facilement une fois sur le bateau et également de nous attacher à eux. Plusieurs d’entre eux vous rappelleront sûrement des personnes ou des traits de caractère de personnes de votre entourage. Et c’est cette justesse dans l’écriture des personnages qui va prendre le joueur aux tripes… le toucher et l’impliquer pleinement dans le jeu.

J’ai pleuré, j’ai souri, j’ai eu envie de faire des câlins réconfortants en vrai (pas uniquement dans le jeu) en jouant à Spiritfarer… Une chose est sûre… Je suis sortie grandie d’avoir joué à Spiritfarer !

Les graphismes et les couleurs pour apporter de la douceur

Le jeu se déroule aussi bien à bord du bateau de Stella que sur les diverses îles de l’archipel situées autour de la porte du Seuil Eternel. Les designs utilisés sont entre le chibi et la BD, offrant au décor comme aux personnages, de la douceur et une sensation de bien-être et de bienveillance. Cette sensation d’apaisement est soutenue par des couleurs pastelles qui sont utilisées partout. Les graphismes proposent ainsi aux joueurs un univers rassurant qui s’opposent à la thématique dure du jeu, offrant suffisamment de confiance aux joueurs pour avancer sereinement dans l’aventure.

Le bateau

Le bateau de Stella va, petit à petit, se transformer en hôtel pour âmes égarées. En effet, chacune de vos nouvelles recrues voudra son propre logement et vous proposera de construire diverses améliorations sur votre bateau pour répondre à leurs besoins. Ainsi, à la fin vous aurez un bateau comprenant une trentaine de petites structures que vous allez empiler petit à petit. Vous pourrez accéder à chacune d’elles via des échelles ou simplement en sautant de l’une à l’autre mais nous y reviendrons plus tard.

Chaque pièce, et notamment, les logements de nos invités sont designés avec soin en utilisant des couleurs douces et chaleureuses à la fois. Chaque logement est à l’image de son propriétaire, à l’intérieur comme à l’extérieur : sobre, cosy, bordélique ou encore luxueux…

Même si votre bateau finit par ressembler à une partie de Tetris géant, plus ou moins bien agencé, l’ensemble reste joli et harmonieux. Et puis cette personnalisation du bateau est réconfortante car c’est votre chez-vous. En fait, une fois que vous aurez amené une âme à la porte du Seuil Eternel, vous aurez plein de souvenirs de celle-ci sur votre bateau.

Personnellement, même si je suis un peu triste de voir ces logements vides sur mon bateau : à chaque fois que mon personnage passe devant l’un d’eux, je ne peux m’empêcher de me remémorer un souvenir heureux passé avec son ancien propriétaire.

L’archipel de Spiritfarer

L’archipel de Spiritfarer est composé de plusieurs dizaines de lieux à visiter. Petit à petit, le scénario du jeu vous amènera sur chacun de ces lieux pour récupérer une âme égarée, trouver des matériaux ou simplement réaliser quelques quêtes annexes.

Les îles sont toutes différentes, allant des paysages de campagne japonaise, à la montagne, en passant par les petits villages et les grandes villes lumineuses.

Personnellement, j’ai préféré les villages typés japonais plutôt que les grandes villes, mais chacun de ces paysages à son propre charme. Chaque île, ou presque, représente un environnement, un lieu de vie emblématique de notre société ; en y apportant une note caricatural discrète. Je pense notamment à l’île qui représente une usine avec un patron horrible qui ne comprend rien et des employés en grève…

En bref, les îles de Spiritfarer représentent des lieux de la vie réelle, tout en les caricaturant avec douceur, pour les besoins du jeu et en les rendant parfois ultra réconfortants, parfois un peu étouffants, mais toujours dans un esprit de bienveillance palpable.

Un gameplay sans difficulté mais distrayant

Spiritfarer est un jeu difficile à catégoriser car il possède un côté jeu narratif avec les histoires des âmes, un côté gestion pour prendre soin d’elles et répondre à leurs besoins, un côté RPG avec les diverses quêtes à accomplir et un côté plateforme pour récupérer certaines ressources. Un sacré mélange, mais, qui fonctionne parfaitement ensemble.

De manière générale, le gameplay est conçu de manière à ce que vous ne puissiez pas perdre. On pourrait donc dire que c’est un jeu facile ; mais il se base sur les sentiments du joueur et sur le fait qu’il va essayer de faire de son mieux pour accueillir chaque âme sur son bateau. De ce fait, même si ce n’est pas une obligation, vous aurez envie de tout découvrir sur chaque personnage : ses goûts en matière de nourriture, son caractère, ce qui lui fait plaisir… De plus, chacun d’eux possède une jauge d’humeur qu’il vous tiendra sûrement à cœur de faire grimper vers le vert pour rendre votre passager heureux. Mais comment faire pour y arriver ? Simplement en jouant et en profitant du jeu !

Créer un véritable hôtel sur votre bateau

Comme je vous l’ai déjà dit, chaque âme que vous allez accueillir sur votre bateau aura besoin de son petit coin personnel : une chambre personnalisée. Il vous faudra également une cuisine pour leur préparer à manger, puis un jardin et un champ pour faire pousser vos légumes, une scierie pour transformer les matériaux bruts en matériaux de construction, etc.

Vous allez donc devenir un vrai gestionnaire de bateau croisière ! Aussi bien sur l’entretien, que sur la gestion des ressources et des passagers.

En plus d’utiliser les installations de votre bateau pour transformer les matériaux bruts en matériaux de construction, vous allez devoir vous rendre d’île en île pour dénicher ces matériaux bruts : mines, bois ou simplement magasins. Cette partie du jeu va vous pousser à explorer chaque île pour en découvrir les secrets et les trésors.

Cette partie du jeu entre gestion d’hôtel et exploration propose une sorte de routine apaisante au jeu : chaque jour, vous allez faire à manger pour vos passagers, répondre à leurs demandes, chercher des matériaux et enfin fabriquer ou construire quelque chose. C’est assez gratifiant de voir l’humeur de ses passagers s’améliorer et de voir son bateau grandir. Et tout ça, sans stress car vous avez tout votre temps pour réaliser les aménagements de celui-ci.

Les quêtes annexes

Au fil de vos voyages, vous allez rencontrer divers personnages qui vous demanderont de l’aide. Entre quête de récolte, de distribution ou simple service, les quêtes auront plusieurs buts : apporter un peu de contenu au jeu, débloquer des plans d’amélioration pour vos structures, vous pousser à l’exploration et bien sûr vous rapporter de l’argent ou des items qui vous seront utiles.

Les quête d’amélioration de votre bateau et certaines qui vous seront confiées par les passagers sont quasi indispensables. Elles vous permettront de progresser dans l’aventure.

Le côté plateforme, distraction du jeu

Au fil de votre aventure, vous allez débloquer des aptitudes pour Stella qui lui permettront de sauter plus haut, de planer… Ces aptitudes vous permettront d’explorer chaque île de l’archipel en profondeur car elles sont souvent composées de plusieurs niveaux de hauteur. En effet, beaucoup de lieux ne sont pas accessibles dès le début du jeu sans pour autant que cela soit frustrant. Mais au fur et à mesure que vous progresserez, chaque compétence permettra à Stella d’explorer plus vite et avec plus de légèreté les îles et facilitera les déplacements sur son bateau.

Un peu plus haut, je vous avais dit que votre bateau finirait par ressembler à une sorte de Tetris avec une trentaine de pièces empilées les unes sur les autres. C’est exactement le cas et vous pouvez grimper sur chaque bloc qui forment ainsi un immense terrain de jeu de style plateforme. Rapidement, vous allez parcourir votre bateau en sautant courant et planant pour vous rendre d’une pièce à l’autre plutôt que d’utiliser les échelles.

De plus, en passage dans certaines zones de la mer, des évènements de récolte de matériaux se déclencheront et donneront lieu à de mini-jeux d’agilité sur les plateformes à bord de votre bateau. Un exemple : vous devrez vous positionner juste en dessous de la foudre pour récupérer des éclairs en bouteille lors d’orage. Les éclairs frappant chaque zone planes de votre bateau.

Ces phases de récolte en mode plateforme sont courtes et très diversifiées. Elles sont assez simples et permettront souvent de vous changer les idées après avoir ramené un personnage à la porte du Seuil Eternel.

Conclusion

Lorsque j’ai commencé à écrire ce test, j’avais accueilli 7 ou 8 âmes sur mon bateau et j’avais déjà énormément d’affection pour ces personnages qui étaient devenus mes passagers et amis. Aujourd’hui, j’ai fini le jeu et son DLC gratuit en un peu plus de 45h. Le DLC apporte vraiment une belle fin au jeu.

J’ai vraiment aimé mon aventure dans Spiritfarer. J’ai ressenti beaucoup d’émotions dont le chagrin mais toujours en me sentant en sécurité et sans pour autant être guidée ou bridée dans ma façon de jouer ou d’aborder l’histoire de chaque personnage. J’aimerais bien que le jeu continue un peu après la fin du DLC pour refaire des câlins à tous mes anciens passagers (Vous l’aurez remarqué : je suis très calin !). Au final, je retiens les liens que j’ai tissés avec ces personnages plutôt que le fait d’avoir dû me séparer d’eux en les conduisant à la porte du Seuil Eternel.

Yunicia adore !

Spiritfarer est un jeu plein de douceur et de bienveillance qui traite d’un sujet aussi difficile et délicat que la mort et la perte d’un être cher. J’ai passé un excellent moment dans ce jeu et vécu une belle expérience humaine au travers d’un jeu. La perte d’un être cher n’est pas facile à aborder même avec ses proches. Ce jeu m’a permis en quelques sortes de libérer des émotions que j’avais bloquées au fond de moi suite à la perte d’êtres chers.

Bref, honnêtement je vous le conseille. Le jeu est bien réalisé et bien pensé et vous offrira une belle aventure.

Yunicia Calinou Evoli