GetsuFumaDen : Undying Moon

  • Catégories : Action
  • Editeurs / Distributeur : KONAMI
  • Développeur : KONAMI
  • Nb joueurs : 1
  • Consoles : Nintendo Switch
  • Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Japonais, Coréen, Portugais, Chinois
  • Date sortie : 10/02/2022

Kikou Bonjour,

Aujourd’hui, je vous présente mon nouveau coup de cœur défouloir du moment j’ai nommé GetsuFumaDen !

Je remercie Audrey et ResetPr de m’avoir permis de découvrir ce jeu et de pouvoir vous en parler aujourd’hui !

GetsuFumaDen : Undying Moon est un jeu qui a été dévoilé au cours de l’un des derniers Nintendo Direct. Le jeu n’est pas passé inaperçu grâce à ses graphismes semblables à ceux d’estampes japonaises, l’ukiyo e. Il a marqué les esprits !

C’est un Rogue Lite en 2D dans lequel vous incarnez Getsu Fuma, un super samouraï qui maîtrise une grande quantité d’armes. Afin de sauver son clan et le monde, il va devoir plonger au cœur des enfers pour combattre les démons à leur source et espérer restaurer le sceau de la porte des enfers pour rétablir la paix.

Yunicia Coucou

Un plongeon au cœur d’une œuvre d’art démoniaque

La première chose qui vous vient à l’esprit quand vous lancez le jeu c’est un voyage au Japon ! Les graphismes inspirés d’estampes japonaises sont justes sublimes que ce soit dans votre fief ou dans les divers niveaux du jeu. C’est coloré et soigné, des bestiaires aux décors en passant par les effets des attaques… J’ai carrément accroché au visuel du jeu. J’ai eu l’impression de me promener dans un tableau ou dans les pages d’un livre illustré.

Certains diront que le jeu manque de lisibilité tant il y a de détails ou d’attaques colorées, mais personnellement j’adore. Les niveaux sont diversifiés, allant de la profondeur des enfers enflammées en passant par la mer déchaînée, le ciel embrumé ou encore des paysages enneigés. Chaque niveau possède son propre décor, son propre bestiaire, et ses propres caractéristiques qui influencent le gameplay : vent, neige glissante, brouillard…

De plus, la bande son, aux sonorités de musiques traditionnelles japonaises, vient embellir l’ensemble pour plonger le joueur dans un univers Dark Fantasy très japonisant.

Le bestiaire est aussi très nippon et soigné. Chaque monstre possède son propre design, sa page descriptive et ses attaques… On en retrouve certains dans plusieurs niveaux, mais ils sont toujours accompagnés de nouvelles bébêtes.  Les boss sont impressionnants, tant par leur design magnifique que par leur taille et leur force. Ils apportent un vrai challenge. Ils poussent le joueur à bien préparer son combat en optimisant son personnage, ses armes et à bien mémoriser tous les patterns d’attaques.

Bref, c’est beau, c’est immersif et c’est travaillé… mais niveau gameplay ça donne quoi ?

Un gameplay ultra addictif et complet

Le gameplay est assez simple : une touche égale une action. Simple, efficace et surtout très intuitif. Les mécaniques de jeu se laissent découvrir au fil de vos run et selon les armes que vous trouverez.

Le seul reproche que je ferais au niveau du gameplay est la difficulté de parcours pour que votre personnage s’accroche au bord des plates-formes. J’ai eu beaucoup de difficultés en jouant avec le stick et suis finalement passé au pad qui m’a bien aidé. Mais je trouve dommage que ce point ne soit pas amélioré, voire simplifier car le cœur du jeu n’est clairement pas là. Bref, passons, cela ne m’a pas empêché de surkiffé le jeu.

Chaque run vous permettra d’aller toujours le plus loin possible avant de mourir et de revenir à votre base. Comme pour tout roguelite, les premières runs, vous serviront à découvrir les niveaux, mais aussi à récolter des matériaux pour améliorer votre arsenal et vos capacités.

Les niveaux sont tous différents générés aléatoirement, ils représentent des labyrinthes toujours nouveaux. Chaque niveau a bien sûr sa thématique et son bestiaire ainsi, pendant notre test nous avons pu découvrir 5 mondes différents et il en reste encore à trouver : accessible après les avoir déverrouillés à l’aide d’une clé trouvée aléatoirement dans les niveaux.

Prenons, par exemple, le niveau qui représente la mer. Le décor de ce niveau vous fera penser à la célèbre toile représentant la vague déferlante sur le mont Fuji. C’est une belle description pour l’intégralité du niveau : les vagues bougent en fond de décor lors de votre parcours. 

Vous devrez parcourir l’intégralité du niveau afin de trouver le téléporteur vers la salle du boss.

J’ai pris de l’habitude, même si je trouve le téléporteur directement, de parcourir tout le niveau afin de récupérer tous les items permettant d’améliorer mon personnage. En effet, quand vous détruirez des monstres, vous récupérez de l’argent, des parties de monstres et parfois un plan. Et en parcourant le niveau, vous trouverez également des esprits violets et des âmes bleues. Vous découvrirez également un ou deux téléporteurs jaunes qui sont différents des autres puisqu’il vous donne accès à une boutique dans laquelle une vendeuse vous permettra d’améliorer votre équipement.

Yunicia adore !
Yunicia cacchée

Les esprits violets vous permettront d’augmenter le rang de votre arme et donc sa puissance, et également de débloquer les capacités supplémentaires de celle-ci. Les âmes bleues, quant à elles, nous permettrons au choix d’améliorer la puissance de nos armes principales, de nos armes secondaires, d’améliorer votre jauge de vie ou de fabriquer une potion. À vous de trouver l’équilibre, en fonction de votre manière de jouer et des armes que vous aurez pu récupérer.

Votre personnage ne peut porter que 2 armes principales et 2 armes secondaires. De ce fait, lorsque vous trouvez une troisième arme, ce qui arrive assez fréquemment, vous devrez faire un choix : soit échanger l’une de vos armes contre la nouvelle, soit la détruire afin de récupérer des matériaux.

Le concept et vraiment bien travaillé, et vous invite à vous adapter en fonction notamment du boss de fin de niveau. Ils ont tous des patterns différents, des faiblesses à prendre en compte et surtout des attaques à éviter.

Un jeu qui s’adapte !

GetsuFumaDen possède une durée de vie assez impressionnante du fait que ce soit un Rogue Lite et que vous ayez besoin de refaire plusieurs fois les niveaux afin d’augmenter les capacités et les armes de votre personnage. Cependant, le jeu reste assez difficile, car vous aurez à combattre de nombreux ennemis dans les niveaux avant de tomber sur des boss redoutables.

Ainsi, les développeurs proposent plusieurs niveaux de difficulté. Vous pouvez commencer en tant qu’apprenti pour découvrir le jeu et les patterns des boss puis augmenter progressivement la difficulté. Ainsi chaque joueur peut trouver son compte dans le jeu et l’adapter à son humeur.

Yunicia adore !

Conclusion

J’ai vraiment adoré le jeu. Je pense que je suis devenu accro aux jeux de type roguelite qui invite le joueur à s’entraîner avant de pouvoir progresser significativement dans le jeu. J’aime bien réfléchir à des stratégies en fonction des items que j’ai pu récupérer et même si je perds à la fin avoir ce sentiment d’avoir progressé et décider de comment distribuer les points récoltés.

Les décors inspirés d’estampes japonaises sont vraiment sublimes et la musique traditionnelle diffusée tout au long des niveaux du jeu permet une immersion totale dans cet univers Dark Fantasy japonais.

La diversité de chaque niveau et du bestiaire ainsi que des boss finaux sont vraiment super agréables et apportent de la fraîcheur dans le gameplay et dans la découverte du jeu. Le sentiment de progression est très présent et invite le joueur à jouer de plus en plus.

Le gameplay relativement simple est très addictif. Et les patterns des ennemis ou des boss obligent le joueur à s’adapter et donnent de l’intérêt au jeu.

C’est un vrai coup de cœur que je vous invite à découvrir. La patte graphique peut en rebuter plus d’un, car c’est vrai qu’elle est très chargée, mais c’est aussi ce qui fait son charme. Le jeu est vraiment très sympa. Je vous invite à le découvrir, car il est vraiment bon. (Très sympa, vraiment bon… je me répète un peu, mais je le pense vraiment).

 

Je vous fais des bisous et je vous dis à bientôt.