Yurukill : The Calumniation Games version boite

Dungeons 3 – Nintendo Switch™ Edition

  • Catégories : Action, Simulation, Stratégie, RPG
  • Editeurs / Distributeur : Kalypso Media Group
  • Développeur : Realmforge Studios
  • Consoles : Nintendo Switch
  • Langues : Allemand, Anglais, Espagnol, Français, Italien, Russe
  • Date sortie : 15/09/2022

Sorti le 15 septembre 2022 sur Nintendo Switch, Dungeons III Nintendo Switch Édition nous entraîne dans un univers médiéval fantastique dans lequel nous allons incarner « le Mal ».

Ce jeu de stratégie en temps réel me rappelle l’époque où je jouais à Warcraft III. Je jouais toujours les elfes noirs avec la chasseuse. Comme quoi, j’avais déjà des prédispositions pour Dungeons III à l’époque.

Attention ! Pour ceux qui ne veulent rien savoir de l’histoire ou du contenu du jeu, mais avoir tout de même mon ressenti, je vous invite à lire directement ma conclusion.

Yunicia

Le Mal absolu est trop fort !

Avant de me lancer dans la description de l’histoire, je tiens à préciser que l’intégralité du jeu dispose d’une bande-son et d’un doublage exceptionnel qui donne envie de monter le son pour en profiter pleinement. Le jeu, du moins la partie campagne, bénéficie d’une narration orale entièrement en français qui est juste magique !

Le jeu débute par une présentation, habilement narrée, du Mal et de ses occupations maléfiques. Enfin, pas si maléfiques que ça puisqu’il s’ennuie… Et oui, régner comme Mal Absolu peut être ennuyeux lorsque le bien a été anéanti…

Le Mal tourne donc en rond dans ses appartements, rongé par l’ennui et à la limite de la dépression. Après plusieurs journées et nuits de recherche, il va enfin trouver une source de bien pour s’occuper. Il s’agit d’une petite île entourée d’une mer remplie de démons.

Ce nouveau hobby ranime l’essence même du Mal. Il a enfin une nouvelle occupation, une nouvelle quête ! Il va alors faire plusieurs tentatives pour faire traverser la mer à ses troupes, mais qui vont se solder par des échecs cuisants. Qu’à cela ne tienne, changement de tactique, pour des raisons pratiques, il va charger une elfe noire, Thalia, d’anéantir le bien présent sur cette petite île.

En effet, Thalia est déjà sur place et essai de faire taire sa nature pour rejoindre les forces du bien… Mais c’est sans compter sur l’intervention du Mal qui lui propose un programme plus réjouissant que de se plonger dans des bouquins relatant les préceptes du bien à longueur de journée.

Nous allons donc incarner Thalia et mener à bien les différentes campagnes dans l’objectif de vaincre les forces du bien, représentées par Thanos, un paladin protecteur du bien et père adoptif de Thalia.

On note donc dès le début plusieurs notes d’humour lié à la culture geek. Et ce n’est que le début !

Un STR très complet

Lorsque l’on débute une partie de Dungeons III, que ce soit en mode campagne ou en mode escarmouche, nous ne nous ennuyons pas. Il y a tant de choses à gérer pour mener nos troupes à la victoire que nous devons vraiment rester concentré pour être efficace.

De plus, Dungeons III se découpe en deux parties :

  • Une partie de combat stratégie en surface qui nous invitera à livrer bataille contre les armées du bien
  • Et, une partie souterraine qui nous permettra de construire notre base: le fameux donjon.

Afin d’apprendre toutes les ficelles nécessaires à la réalisation de notre plan de destruction absolue, le jeu propose plusieurs tutoriels. Ils sont découpés en mini campagnes et constituent une préface à la campagne principale. Ces tutoriels sont donc indispensables, et ce pour deux raisons :

  • La première, c’est que sans avoir les bases de la conception et de la gestion de donjon, nous n’arriverons à rien !
  • Et la seconde, c’est que leur scénario est juste génial ! De mémoire, les tutoriels comptent quatre mini campagnes qui sont intégralement doublées en français.

Les tutoriels et les premières campagnes du mode histoire nous permettent d’apprendre petit à petit à gérer les constructions, les recherches et nous présentent les unités de base. La gestion d’un donjon nécessite, en effet, quelques compétences élémentaires.

Chaque unité exige de disposer de son petit confort sous peine de se mettre en grève… Il faudra donc leur fournir de quoi dormir, de quoi manger et enfin les payer. C’est toute une économie à mettre en place !

Par la suite, vous devrez également acquérir les connaissances nécessaires à la défense de votre donjon : pièges, magie…

Toutes ces améliorations vont vous demander de la place. Elles vont vous obliger à creuser toujours plus loin que ce soit pour chercher des ressources ou pour construire de nouvelles salles. Mais attention, en creusant, vous pourriez tomber sur un nid d’araignées ou pire sur un nid de dragons. Ces créatures pourtant maléfiques ne vous apporteront aucun soutien et pire, elles n’auront aucune pitié et attaqueront votre donjon de l’intérieur jusqu’à ce que vous détruisiez leur nid. Juste de quoi vous mettre un petit coup de pression supplémentaire !

Pour ce qui est des phases de combat, il vous faudra juste choisir les bonnes unités en fonction de la mission : des guerriers, des mages, des soigneurs… Il faudra également adapter la quantité de troupes à recruter en fonction de vos besoins au combat et de vos ressources.

Des recherches permettent également d’améliorer les statistiques de vos unités pour les rendre plus efficaces et résistantes. Il est parfois judicieux d’améliorer vos unités plutôt que d’en engager des dizaines qui finiront en chair à pâté au pied de vos ennemis.

Les phases souterraines et en surface sont habilement liées :  le donjon vous permet de créer et d’entraîner vos troupes, tandis qu’en surface vous obtenez de l’énergie nécessaire pour vos recherches ou vos unités.

Chaque mission de la campagne propose une approche différente vous obligeant à adopter votre style de jeu. Elles sont au nombre de 20 et possèdent une difficulté justement dosée. De plus, la version Nintendo Switch contient 3 DLC qui ajoutent plusieurs chapitres à notre histoire.

Un gameplay adapté à la Nintendo Switch

C’est vrai que les STR demandent beaucoup d’actions de la part du joueur avec des menus assez denses. Le choix du support de prédilection pour ce genre de jeu est donc le PC.

Ici, nous avons réalisé ce test sur la version Nintendo Switch du jeu et rassurez-vous, Dungeons III et très bien porté. Le jeu en mode tactile n’est pas vraiment optimisé, mais celui à la manette est parfaitement adapté, car les menus ont été repensés spécialement.

Afin d’accéder aux différents menus, le jeu propose des raccourcis ou un accès via un menu général accessible via le bouton x. Une fois dans les menus, des roues directionnelles nous permettent de faire facilement nos choix : recrutement, recherche, construction…

En bref, tout est pensé pour que nous puissions pleinement profiter du jeu. L’expérience est donc très agréable et on se fait rapidement aux divers raccourcis proposés pour améliorer encore notre rapidité d’action. Le jeu n’en est que plus addictif !

Les deux petits bémols que je signalerai viennent du temps de chargement assez long en début de campagne (anecdotique par rapport à la qualité du jeu) et de quelques mini-freezes présents en jeu. Ces mini-freezes ont tendance à se produire lorsque vous vous accaparez une partie de la carte : à ce moment-là les graphismes changent pour passer du bien à ceux du mal. Ce qui doit entrainer une légère surcharge au niveau du processeur ou de la carte graphique de la console.

Ce ne sont pas des problèmes vraiment gênants et j’ai eu vite fait de les oublier tellement j’étais prise par le jeu. En effet, l’équilibre entre la gestion de donjon et la capture du territoire en surface est bien dosé. Nous n’avons pas de temps mort et devons même parfois gérer des attaques des deux côtés. L’IA des ennemies est correcte et il m’est arrivé à plusieurs reprises de me faire encercler. Bref, un petit plaisir a joué.

Une direction artistique au top !

J’ai trouvé le jeu vraiment magnifique ! L’ambiance graphique est plaisante et me rappelle vraiment Warcraft 3 en plus léché.

La bande-son est vraiment belle, immersive et accompagne parfaitement les divers moments d’action du jeu. Je ne vous parle pas de la narration entièrement doublée en français… Elle est juste parfaite ! Les voix choisies sont adaptées à l’ambiance générale et les textes sont au top : plein d’humour et en même temps ils représentent une mine d’informations qui nous guident dans les campagnes.

Au niveau des menus, ils sont également bien agencés et permettent d’accéder rapidement et facilement aux informations et aux actions nécessaires à la gestion de notre donjon et de nos troupes. Même si parfois, dans la précipitation, nous arrivons à nous emmêler les pinceaux et frôlons la catastrophe.

En ce qui concerne le contenu, entre les campagnes de base, celles des trois DLC et le mode escarmouche, nous en avons pour un bon paquet d’heures avant de finir le jeu. De plus, une fois le mode normal complété, vous pouvez toujours recommencer avec une difficulté plus élevée afin d’obtenir des succès et faire le jeu à 100%.

Yunicia adore !

Conclusion

Je suis complètement séduite par Dungeons III. Le jeu propose une durée de vie conséquente grâce à la campagne principale et aux trois DLC inclus. Le portage Switch est d’excellentes qualités et les commandes à la manette sont parfaitement adaptées. Enfin, la direction artistique, que ce soit au niveau du design, de la musique ou de l’excellente narration en français, fait du jeu une vraie pépite. Vous l’aurez compris, j’ai adoré tester ce jeu et je pense que je vais y retourner de ce pas.

J’adore les STR et l’ambiance de celui-ci est juste magnifique : scénario bien construit et plein d’humour avec une gestion addictive.

En bref, un vrai coup de cœur ! Si vous aimez les STR, foncés, vous ne serez pas déçus !