The Lightbringer est un petit jeu d’aventure plateforme réaliser en cel-shading qui vous propose d’incarner le Lightbringer, c’est-à-dire le porteur ou le protecteur de la lumière. Votre aventure commence par une simple lettre, un poème, laissé par votre sœur, la précédente Lightbringer :

Cher frère,

Lorsque cette lettre arrivera entre tes mains, je ne protégerai plus nos terres et nos chemins.

C’est avec une grande tristesse que je te confie cela.

N’aie pas peur, car je guiderai tes pas.

Tu traverseras ces terres par-delà les rivages, par-delà les cieux.

Je serai avec toi, de tout mon cœur, et la bienveillance de mes mots et des mes yeux.

D’anciennes énigmes vont défier tes pensées.

Il te suffira de les résoudre pour être récompensé.

Au cours de ton voyage, tu seras confronté à la corruption.

Il te faudra la combattre, mon frère, il n’y a pas d’autre solution.

Lightbringer, ton histoire va commencer.

As-tu suffisamment de courage et de lumière en toi pour l’affronter ?

Même si cette lettre semble un peu triste, vous arrivez dans un univers empli de lumière qui respire la vie, car il est situé en pleine mer et ressemblant à un archipel. Pas le moindre ennemi en vue seulement quelques personnages et des items à collecter.

Cependant, ce n’est pas parce que nous ne voyons pas les ennemis qu’ils ne sont pas présents. En effet, des sortes de gluants appeler glu ont envahi votre univers et menace de faire disparaître la lumière nécessaire à la survie des humains.

Un gameplay simple

Le jeu est découpé en plusieurs niveaux. Le premier niveau sert de tutoriel : vous apprendrez rapidement les quelques touches à connaitre afin de sauter, faire des roulades ou tout simplement d’avancer.

Au départ vous ne posséderez aucune arme puis après être entré dans une boutique vous en ressortirez avec un boomerang. Le marchand essayera bien entendu de vous vendre une épée, mais c’est le boomerang qui aura votre préférence. Armé de celui-ci vous allez donc continuer votre exploration de cet archipel, sautant de plateforme en plateforme sans oublier de visiter les moindres recoins pour récupérer les collectibles cachés ou jusque-là inaccessibles sans votre boomerang.

Chaque niveau se déroulera par la suite de la même manière, vous devrez parcourir toute la carte afin de récupérer les collectives qui s’y trouvent : des petits carrés cubes verts symbolisant la lumière, des fragments rouges ressemblant à des pierres précieuses, des potions régénératrices et ce, sans oublier de faire tinter une ou plusieurs cloches disposées çà et là dans le niveau. Les cloches vous permettront de déclencher des petits dialogues qui vous raconteront l’histoire du lieu.

Le nombre de chaque collectibles que vous devez récupérer et consultable depuis l’écran de pause sur lequel vous pourrez également mesurer votre avancée : 40 sur 50 cubes, 2 sur 3 fragments… Votre but étant de récupérer tous ces collectibles le plus rapidement possible. En effet, à la fin de chaque niveau vous aurez un résumé de votre parcours indiquant le nombre de collectibles que vous avez récupérés et le temps que vous aurez mis à parcourir tout le niveau.

Un level design rempli d’énigmes

The Lightbringer et donc un plateformer aux allures de Zelda, comprenez par-là que chaque niveau vous demandera de l’habileté pour sauter de plateforme en plateforme, mais aussi de l’astuce pour découvrir les items cachés et pour venir à bout des donjons, des énigmes qu’ils renferment et des quelques glues qui s’y cachent.

Les niveaux comptent presque tous un ou plusieurs petits donjons. Ces petits donjons possèdent plusieurs fonctionnalités : collecter des items, vaincre des monstres, récupérer une roue dentée pour faire fonctionner un mécanisme situé à l’extérieur ou encore récupérer une clé pour ouvrir une porte ou un coffre…

Ces petits donjons changent radicalement de style par rapport du niveau dans lequel vous évoluez. Ils sont sombres, composés d’énormes blocs de pierre, et entourés par l’obscurité : il ressemble à des chemins de ronde sur les remparts d’un château fort. Ils vous demanderont également plus d’adresses, car plusieurs pièges et monstres y sont cachés et le level design et particulièrement soigné vous demandant d’utiliser les différents mécanismes du jeu.

Quatre zones pour 20 niveaux

Le jeu est découpé en diverses zones, quatre pour être précise qui vous propose des univers différents : archipel en pleine mer, falaise perdue dans les nuages…

Chacune des quatre zones vous proposera quatre niveaux standards basés sur la récolte de collectibles puis un niveau final dans lesquels vous devrez affronter un boss. Les boss assez sympathiques et vous demanderont d’apprendre leurs paternes afin de triompher du combat.

Les niveaux sont assez équilibrés et vous demanderont entre 10 et 15 min pour les faire tranquillement. Bien entendu, le fait qu’il soit chronométré laisse place au speed run. Dans ce cas-là, je peux être fait très très vite… mais il faudra avant ça, apprendre à connaître chaque terrain à la perfection.

Une belle réalisation artistique

Le jeu propose des graphismes en cel-shading, avec un petit personnage encapuchonné dont le visage et extrêmement simplifié. Chaque niveau est construit à base de cubes aux bords arrondis. Les couleurs utilisées sont chaudes et gaies tranchant complètement avec celle des donjons qui sont sombres et froids. L’ambiance du jeu et donc parfaitement retranscrit par les graphismes nous proposant un univers attrayant et parfois sombre.

Les musiques utilisées dans le jeu ressemblent à celle utilisée dans les puzzles-games. Elles poussent à la concentration la plupart du temps accompagnant le joueur tout au long des niveaux. La musique se fait également plus sombre dans les donjons.

Le jeu dispose d’un doublage en anglais pour la totalité des textes. Que ce soit pour l’histoire sur les monolithes où pour les phrases pendant lesquelles votre sœur vous guide. Le jeu est bien sûr sous-titré en français, mais le doublage en anglais apporte une narration agréable à l’ensemble.

Le gameplay est fluide et facile à prendre en main ce qui permet de se concentrer uniquement sur le côté plateforme énigmes du jeu.

Yunicia adore !

Conclusion

The lightbringer est un petit plateformer énigme tout mignon que j’ai beaucoup appréciée. Il propose une difficulté adaptée ni trop difficile ni trop simple avec un gameplay facile à prendre en main qui permet directement de s’approprier le jeu et de passer un bon moment sur celui-ci.

L’ajout d’un timer en plus de la comptabilisation des collectives par niveau est un plus pour tous ceux qui voudraient faire du speed run ou améliorer leurs performances.

Le jeu n’est pas bloquant et même si vous n’avez pas récupéré tous les collectibles vous pouvez passer au niveau suivant. C’est très agréable, car cela permet de suivre l’histoire d’un bout à l’autre et éventuellement de revenir pour compléter tous les niveaux et atteindre le 100% du jeu.

J’ai aussi beaucoup apprécié la réalisation artistique avec les graphismes en cel-shading qui donne un côté mignon au jeu et qui le rend donc abordable aux plus jeunes. C’est une belle découverte que je vous conseille.

Je vous fais des bisous et je vous dis à bientôt pour un prochain test.