Lost Words: Beyond the Page

  • Catégories : Aventure, Action, Plateformes
  • Editeurs : Modus Games
  • Développeurs : Sketchbook Games
  • Nb joueurs : 1
  • Consoles :Nintendo Switch
  • Langues : Anglais, Allemand, Français, Espagnol, Portugais
  • Date sortie : 06/04/2021

Aujourd’hui nous allons parler d’un petit jeu indé développé par Sketchbook Games et édité par Modus Games. J’ai acheté Lost Words : Beyond the Page après avoir furtivement vu sa bande-annonce qui m’avait plu, mais je ne savais plus pourquoi…

J’avais uniquement retenu la partie journal intime rédigée par une jeune fille qui voulait devenir écrivaine et la partie gameplay qui demandait au joueur de grimper sur les mots. J’avais trouvé l’idée sympa et différente des gameplays classiques. J’ai donc pris le jeu directement à sa sortie en profitant de la promo de lancement ou pas, je ne m’en rappelle plus.

Je me suis lancée dans l’aventure sans avoir la moindre idée de l’histoire que j’allais vivre à travers ce jeu. Et honnêtement, ça a été un véritable choc ! J’ai pleuré et retenu mes larmes à plusieurs reprises et putain qu’est-ce que j’ai adoré le jeu !!!

Le scénario qui m’a touché en plein cœur !

Vous allez suivre deux histoires en parallèle. Celle Izzy, une jeune fille très très proche de sa mamie qui va confier à son journal intime les moments marquants de sa vie, confiant au fil des mots ses émotions. Puis, en parallèle de ces anecdotes, Izzy va également écrire sa première histoire. En effet, la jeune fille rêve de devenir écrivaine et va suivre les conseils de sa mamie et s’essayer à l’écriture de son premier livre.

Les passages entre anecdotes réelles et fiction écrites par une enfant vont alors s’enchainer. La fiction étant une sorte d’échappatoire pour la jeune fille. On sent clairement au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire que celle-ci est grandement influencée par le vécu de la jeune fille et qu’elle aide en quelque sorte la jeune Izzy à affronter son quotidien qu’elle a parfois du mal à surmonter : se défouler pour trouver une solution plus posée.

Yunicia adore !

Les mots utilisés et leur mise en page dans le journal donnent beaucoup de force à l’histoire de la jeune fille. En effet, c’est à nous de découvrir chaque phrase ou nouveau mot écrit dans le journal à notre rythme, ce qui nous permet de prendre le temps de comprendre le sens de chaque mot écrit par la jeune fille. Elle nous entraine avec elle aussi bien dans sa vie que dans son aventure fictive.

Cette double histoire a été écrite par Rhianna Pratchett qui grâce à ses mots nous immerge pleinement dans cette aventure forte en sentiment. Elle a également écrit plusieurs romans qui se rapprochent plus ou moins des jeux vidéo.

Un journal magnifique

Outre le scénario qui m’a vraiment touché, j’ai trouvé la partie journal intime juste magnifique. En plus d’avoir des mots justes pour décrire les sentiments d’Izzy et une histoire touchante, le journal est décoré à la peinture à l’eau : une mise en scène juste magnifique !

Le choix des couleurs utilisé pour les dessins nous aide aussi à mieux comprendre les sentiments de la jeune fille au moment où elle rédige. C’est un magnifique complément à la puissance des mots qui est déjà très bien utilisée.

Les dessins sont faits à l’aquarelle et permettent au joueur de faire le lien entre les personnages de la fiction et les membres de la famille d’Izzy. Ainsi le joueur peut facilement faire un parallèle entre les deux. Ainsi la Grand-mère d’Izzy sera la vénérable de l’histoire de fiction.

Les passages dans le journal racontent les évènements qu’Izzy vit au quotidien dans sa vie de jeune fille et offrent une pause dans le gameplay. En effet, les mots sont chargés d’émotion et profitent du gameplay calme, qui consiste quasi uniquement à faire marcher une petite fille sur les phrases, pour libérer toute la puissance de cette belle histoire de la vie.

Je me suis partiellement retrouvée au travers d’Izzy, car j’avais 12 ans le jour où mon arrière-grand-mère est décédée. Je l’aimais beaucoup et je me suis sentie un peu comme Izzy à cette période. Du coup j’ai pas mal pleuré lors des passages sur le Journal. Heureusement que le gameplay était calme.

Une aventure enfantine sympathique

En parallèle du récit du journal, nous allons aussi vivre l’aventure fantastique et imaginaire qu’Izzy rédige pour s’entrainer à devenir écrivaine.

Réalisé cette fois-ci avec des couleurs plus vives et modélisé sous la forme d’un jeu vidéo en 2D. Izzy va incarner une jeune fille élue pour devenir la future gardienne des lucioles et de son village dans le monde fantastique d’Estoria. Malheureusement, un dragon va bruler le nid des lucioles ainsi que son village. Elle va alors décider de partir à la poursuite du dragon pour récupérer les lucioles et sauver son village.

Elle traversera différentes régions de ce monde imaginaire et y rencontrera aussi bien des alliés que des ennemis. Grâce à la puissance des mots, le pouvoir de la gardienne du village, elle pourra déplacer des objets, les réparer ou encore les briser.

Au fur et à mesure de cette petite aventure en Estoria, on ne peut s’empêcher de remarquer les parallèles entre les situations rencontrées dans ce monde fictif et dans les émotions d’Izzy. Ainsi, lorsqu’Izzy est en colère, le gameplay est plus rythmé, mais l’histoire est aussi bien plus sombre…

Ces moments de jeu en mode plateformer 2D donne un peu de dynamisme au jeu permettant au joueur, comme à Izzy, de prendre un peu de recule par rapport à la situation difficile que vie Izzy et qu’elle retranscrit dans son journal.

Yunicia adore !

Conclusion

Lost Words: Beyond the Page est un jeu qui m’a beaucoup touché par la justesse des mots et des dessins utilisés dans les parties de jeu se déroulant à l’intérieur du journal intime de la jeune fille. J’ai tellement accroché que je me suis acheté de quoi faire un « journal de blog papier ». Je me dis qu’écrire et décorer un cahier m’aidera à me poser. On verra bien et ptet que je vous montrerai.

Mais revenons-en au jeu. J’ai trouvé que l’utilisation de l’histoire écrite par Izzy en mode plateformer 2D était une excellente idée. J’ai adoré les rapprochements entre les deux scénarios, mais aussi le gameplay avec l’utilisation des mots pour faire des actions.

De manière général, le jeu propose un gameplay calme et sans difficulté pour que les joueurs puissent s’imprégner complètement de l’histoire. Je dirais que le jeu est une sorte de visual novel améliorer grâce à un gameplay simple qui implique vraiment le joueur dans l’histoire. Il faut compter environ 7 heures pour finir le jeu.

Je l’ai vraiment adoré même si j’ai pleuré, ce jeu reste un immense coup de cœur et je vous le recommande à 100%. Lost Words : Beyond the Page est pour moi, une expérience inoubliable.